OUAGA FILM LAB #4 2019


12. – 21. Septembre

Ouaga Film Lab

Ouaga Film Lab est un laboratoire de développement et de coproduction de projets cinématographiques qui favorise des rencontres entre experts et jeunes talents du continent africain et la mise en réseau de talents d´Afrique avec des réseaux professionnels du reste du monde. Cette plateforme vise à instaurer un dialogue direct à double sens : de façon horizontale entre les talents africains eux-mêmes et de façon verticale entre eux et les réseaux professionnels internationaux sur les difficultés inhérentes à la production cinématographique.

Ouaga Film Lab offre une véritable plateforme de visibilité et de décryptage des organismes internationaux, des écoles de cinéma, des programmes de formations, des laboratoires de fonds, des nouvelles approches et des opportunités de financements dédiées au cinéma africain dont la méconnaissance par beaucoup de jeunes réalisateurs est aujourd’hui le plus grand handicap pour une éclosion de nouveaux talents africains.

Afin d´atteindre ses ambitions, Ouaga Film Lab adopte les axes stratégiques suivants :

LE CHOIX DU PAYS : LE BURKINA FASO AU COEUR DE L’AFRIQUE

Les éditions annuelles dédiées à l’Afrique de l´Ouest se dérouleront à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, ville affectueusement appelée Ouaga. Ce choix est dû à sa situation géographique, au cœur de l´Afrique de l’Ouest, et bien entendu pour son rôle prépondérant dans le développement et la visibilité du cinéma africain.

LES MODALITÉS DE SÉLECTION OUVERTE

Les porteurs de projets sont sélectionnés par appel à projets. Cet appel est ouvert aux réalisateurs de la région de l’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale, ainsi qu’aux producteurs de tout le continent africain, pour des longs-métrages. Une attention particulière sera portée sur le genre cinématographique et l’appartenance générationnelle. A terme, les 10 projets les plus prometteurs seront sélectionnés pour participer au Lab.

« THE RIGHT PERSONS IN THE RIGHT PLACE »

La mise en relation avec les vrais décideurs. Les projets retenus seront invités pour une semaine au Ouaga Film Lab pour rencontrer des responsables de laboratoires, des producteurs, des diffuseurs, des représentants de chaines de télévision, de plateformes vidéo à la demande (VOD), de structures de formation et de réseaux professionnels de pays africains, européens et américains.

LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

Par le coaching. En amont et pendant la phase résidentielle, les porteurs de projets, deux pour chaque mentor, sont mis en relation avec des mentors qui les accompagnent dans l’amélioration de leurs projets et ce, de façon personnalisée. Pendant la semaine du Lab, les porteurs de projets bénéficieront du regard critique des experts présents afin de parvenir à des projets de films bancables.

Par la formation. Les porteurs de projets bénéficieront durant la semaine d´un renforcement de capacités sur les techniques d´écriture de scénario (storytelling), les stratégies de production sur les techniques de pitch. En plus de la formation en production offerte aux porteurs de projets invités, une session de formation dénommée « Producers Lab » sera donnée à de jeunes producteurs avant et pendant le Lab.

Le partage d’expériences et de bonnes pratiques. Des réalisateurs et producteurs confirmés sont invités à parler de leurs expériences : la particularité de leur projet, leur démarche de production, de financement ou le succès de leur film sur le plan local voire international. L’expérience et la stratégie de ces personnes ressources demeurent importantes pour les jeunes réalisateurs. Afin de renforcer ce partage d´expérience, des masterclass animées par des personnalités du cinéma africain seront données pendant le Ouaga Film Lab.

UNE ÉQUIPE INTERNATIONALE ET PLURIDISCIPLINAIRE

L’organisation de Ouaga Film Lab est basée sur une équipe de femmes et d’hommes, vivant à cheval entre le Nord et le Sud, aux compétences confirmées dans la mise en œuvre et la gestion de projets culturels, actifs dans les réseaux culturels et notamment du cinéma et cela, au niveau de leurs pays qu’au plan de la coopération culturelle internationale.